Paru dans bulletin municipal de St Geoire en Valdaine

Alban et Alric, qui avaient passé une partie de leur courte vie dans la Valdaine, s’en sont allés au soir du 2 juin 2012.

Comme beaucoup d’entre nous, ils avaient arpentés les rues, les stades, et participés à de multiples activités de notre village et y comptaient de nombreux amis.

Alban , le charmeur , était un jeune homme d’engagement , généreux et affectueux . Avec ses amis, il savait dédramatiser les chamailleries ou les chagrins avec drôleries et gaietés. Chacun a pu, tout au long de ses 18 trop courtes années, apprécier sa joie de vivre, son enthousiasme, et la facilité avec laquelle il allait à la rencontre des autres.

Alric , l’artiste était un intellectuel à l’imagination fertile , il aimait jouer avec les mots, expliquer les choses et aider à la résolution des difficultés des uns et des autres . Il était toujours prompt à organiser une sortie à St Sixte, à filmer ou croquer ses potes pour réaliser des montages humoristiques.

Des deux nous retiendrons qu’ils étaient des jeunes « bien » ; ils étaient comme le pouce et l’index d’une main ; leurs tempéraments pétillants, leur joie de vivre, leur générosité égayaient nos maisons et remplissaient nos cœurs de bonheur. Avec toute l’énergie de leur jeunesse, ils étaient attachés à de grandes valeurs d’humanisme et leur fidélité en amitié était leur crédo. Au-delà des différences, ils voyaient tout ce qui nous est commun : le rêve, le rire, les larmes, le désir d’amour. Ils avaient l’intelligence et la faculté, aujourd’hui trop rare, de créer du lien social, de la solidarité.

Comme de nombreux jeunes de leur âge, ils avaient de nombreux projets : leur Bac , réussir leurs études , voyager , s’amuser , jouer de la musique , profiter des amis et de la famille , partir vers leur autonomie …

La vie en a décidé autrement le soir du 2 juin, sur le passage à niveau de Châteauneuf sur Isère, alors qu’ils se rendaient , plein de joie, à l‘anniversaire d’une amie . L’accident s’est produit dans un contexte de dysfonctionnement de barrieres , alors que devant eux les automobilistes franchissaient le passage bloqué et ils étaient au moment de l’accident en pleine possession de toutes leurs facultés.

Ils nous laissent avec l’immense regret d’avoir perdu 2 garçons merveilleux, avec la difficile tâche de « faire sans eux ».

Nous remercions de tout cœur tous les habitants du village qui ont pris part à notre peine, et en particulier la municipalité qui s’est montré si diligente lors des obsèques d’Alban et d’Alric.